in

Test Bentley Bentayga V8 (2019)

Test Bentley Bentayga V8 (2019) 1

Encore un suv diront certains oui mais celui-là est un petit peu particulier c’est un suv superlatifs puisque quand il a été dévoilé en 2015 il a été présenté comme le suv le plus luxueux

le plus cher le plus puissant le plus rapide il s’agit du bellay bonne taïga qui a été lancée donc au départ avec un w12 6 litres de 608 chevaux excusez du peu alors depuis les choses ont un petit peu changé puisqu’il ya le lamborghini urus qui est arrivé avec 650 chevaux c’est donc plus que ce même club en liga en w12 même dans ces évolutions speed les plus récentes ce beau bébé qui est basée sur la même plateforme que les q7 cayenne et même votre reagan touareg fait cinq mètres 15 de londres c’est le plus gros de la famille mais ce n’est pas le plus gros du genre puisque le range rover dans sa version longue wheelbase c’est-à-dire avec empattement allongé effet cinq mètres 20 en 2018 bentley a lancé une version v8 essence de 550 chevaux seulement entre guillemets une sorte de down sizing par rapport à la version w12 mais paradoxalement plus sportive parce que plus légères alors sportive entre guillemets ce qu’on attend d’un bentley quelle qu’elle soit c’est beaucoup de luxe beaucoup de raffinement et beaucoup de confort on va voir si les promesses sont tenues d’abord à l’intérieur et ensuite sur la route l’intérieur on s’y attend recèle beaucoup de cuir de bobo ton chromeo toucher agréable de larges inserts décoratifs ici en carbone et un équipement plus que généreux le combiné d’instruments mail un écran numérique centrale personnalisable et des conteurs et aiguilles sans doute considéré comme plus chic la molette centrale permet de choisir les modes de conduite dont plusieurs mode dédié aux fraudes on appréciera et le mode intermédiaire sur route entre sport et confort appelé mode bentley les matériaux et l’assemblage sont soignés jusqu’à certains détails comme le ciel de pavillon en cuir ou du chrome sur l’embase des sièges avant de même on apprécie que le système multimédia et droit à son propre design et des menus spécifiques qui ne soit pas un copier coller du système audio porsche mais on reconnaît quand même quelques komodo du groupe volkswagen il manque quelques équipements comme les sièges ventilés et massants sur notre modèle d’essai ou tout simplement chargeur à induction et même si le luxe est évident il n’y a pas d’effets whaou dommage à l’arrière surprise on trouve une banquette arrière fractionnable et coulissante semaine taïga est donc un concurrent direct du scénic sachez le sinon l’habitabilité est plus que généreuse et on apprécie le raffinement de la mini tablette qui permet de commander ses réglages de siège de clim ou de savoir à quelle vitesse on roule le coffre approche des 500 des 6 mètres cubes selon bentley c’est presque le plus petit de la catégorie alors que le benfica est l’un des plus encombrant mais la moquette est très belle au volant de sa bentley gaver 8 552 chevaux le plus spectaculaire c’est pas forcément les 550 chevaux ses 770 newtons-mètres de coûts cette can ou assez énorme et du coup ça gomme complètement pour ce qui est l’accélération les deux tonnes 4 annoncés de l’engin on passe de 0 à 100 en 4 secondes 5 on frôle les 300 km h en pointe bref c’est un gros bébé mais un gros bébé qui pousse très très fort il ya un très très bon dosage de la l’insonorisation qui est remarquable même quand on va très vite sur autoroute on n’entend quasiment rien et c’est juste quand on appuie fort sur l’accélérateur et qu’on monte dans les tours qu’on entend au loin et la jolie mélodie du v8 c’est très bien dosé bravo pour ça pour la partie châssis on est presque étonné parce que il ya une direction dirais qu’il ya peu de roulis donc on aurait presque une sensation de dynamisme malgré tout il ya quand même deux tonnes 4 donc il ya quand même pas mal d’inertie dès qu’on bouscule un petit peu s’assouvir gentiment dont il n’y a pas de miracle mais c’est quand même plutôt agréable on n’est pas du tout dans l’association pato conduire un paquebot bravo ça aussi c’est bien effacer là où on est un petit peu déçu en cours en revanche c’est que sur une maclaine donc on attendait une sensation de confort royal de tapis volant et là on l’a pas alors il faut dire qu’on a des roues de 22 pouces qui sont gigantesques avec des flancs qui sont pas très épais donc même avec la meilleure suspension pilotes du monde ça commence à avoir du mal à filtrer petit bémol sur le freinage aussi qui nous a paru quand même assez peu endurants et à une option freinage céramique un conseil prenez la même si vous voulez pas attaqué évidemment pour la consommation compte tenu du poids et des prestations il est logique de se retrouver avec de manus maximale de 1500 euros même en diesel puisque ce bentaïba existe avec le v8 diesel de l’audi est ce qu 7 il ya le privilège d’être la première bentley diesel de l’histoire en plus d’être le premier suv de la marque même en diesel donc le malus est maximale quant aux tarifs commençons par préciser que le bétail avait 8 est le modèle le moins cher de la marque et commence à 180000 euros hors options notre modèle d’essai lui a droit à 75000 euros d’options dont 19 milliards rien que pour les jantes de 22 pouces du coup notre bentaïba décès dépasse les 250 mille euros d’un côté sue beaucoup trop cher car le gap en prestations par rapport à un touareg par exemple ne justifie absolument pas de pays trois fois plus de l’autre côté vous avez un engin beaucoup plus rares et exclusive que les q7 range rover et consorts

Un virage électrique à Genève Honda E Prototype 12

Un virage électrique à Genève Honda E Prototype

Test de la nouvelle Voiture Citroën C5 Aircross 1.5 BlueHDI 130 BVM6 Shine (2019) 13

Test de la nouvelle Voiture Citroën C5 Aircross 1.5 BlueHDI 130 BVM6 Shine (2019)